" " ""
" Knokke-Heist Evasion ... un coin de sable lumineux  ! "

Accueil Histoire Géographie A  découvrir Dans les environs Bibliographie

 

En 1950 ... Vidéo XXIe siècle Webcams Liens Livre d'or

                    

 Ancien bras de mer de Belgique et des Pays-Bas, il séparait le territoire littoral belge du 
 continent. La côte actuelle est le rivage ouest de cette
île. À partir du XIe siècle, il s'envasa et
 s'ensabla et à partir du
XVe siècle, la navigation se limitait à L'Écluse (Sluis), ne permettant plus
 d'atteindre
Bruges et provoquant ainsi le déclin de la cité. De la fin du XVIIIe siècle et durant le
 
XIXe siècle, ce qu'il reste du bras de mer est polderisé
.

 Actuellement, les vestiges de ce bras de mer constituent le Zwin : une magnifique réserve 
 naturelle.
 A marée haute, les vasières et les prés-salés derrière la plage et les dunes sont partiellement
 ou complètement inondés. De la sorte, la mer crée un biotope unique pour de nombreux
 oiseaux et plantes.

 

 

                                                      

                                               Ornithoport international


   Chaque année, des milliers d'oiseaux viennent au Zwin pour y nicher, hiverner ou rechercher
   de la nourriture : avocette, cigognes, héron cendré, busard des roseaux y
   trouvent leur compte.

Avocette Cigognes Héron cendré Busard des roseaux

 

                                           

                         Un paradis pour les amateurs de botanique


   
De très nombreuses plantes sont dans leur élément au Zwin. Il s'agit bien sûr d'espèces qui 
    se sont acclimatées à l'influence permanente de l'eau salée : la salicorne, la statice, le faux-
    pourpier et d'autres plantes typiques de pré salé, introuvables à d'autres endroits de notre
    littoral.

Salicorne Statice Faux-pourpier Lavandes de mer

 

 

  C’est le comte Lippens qui est le créateur de la réserve naturelle du Zwin. Il était le pionnier de la conservation de la nature et 
  de l’étude des oiseaux en Belgique.
  Sans le comte Léon Lippens le Zwin ne serait probablement jamais devenu un parc naturel. En 1952, cet ornithologue a estimé
  qu’il était grand temps de sauver ce biotope unique avec ses dizaines d’espèces d’oiseaux rares, d’une ruine menaçante. Le
  comte était alors bourgmestre de la ville de Knokke, et il comprenait que le développement du tourisme n’avait pas toujours de
  conséquences positives pour la faune et la flore. A une époque où l’environnement était souvent sacrifié au profit financier, le
  comte Lippens a prouvé que le tourisme et le respect de la nature peuvent s’accorder. Il est mort à l’âge de 75 ans. Il est
  immortalisé dans sa réserve. Son buste en bronze à l’entrée du Zwin garde bien vivant le souvenir de ce grand ami de la nature.

                                                              

              Le Zwin est jumelé avec le Parc ornithologique français du Marquenterre.

 

                                      Tout proche, à découvrir également le jardin des papillons